Les statistiques

Image illustrant un personnage montrant des statistiques

Des chiffres qui interpellent !

Suite au recoupement de plusieurs sources fiables, on peut avancer sans risque de se faire blâmer, les chiffres suivants :Illustration pourcentage des ventes entre particuliers qui échouent un tiers au moins des transactions se font hors de tout intermédiaire. Mais sur 100 vendeurs ayant utilisé des services de particulier à particulier, 28 seulement ont réalisé leur vente par ce canal. Ce qui veut dire que 72% d'entre eux ont échoué et ont fini par se résigner à recourir aux services d'agents immobiliers. Et nous allons voir pourquoi...

Le scénario classique

Déroulement

1) Un début encourageant

Illustration optimismeLa plupart des vendeurs qui décident de tenter l'expérience de la vente directe commencent par publier une annonce sur Le bon coin, et (ou) pour certains sur PAP.fr ou encore Paru-Vendu. Cette annonce, souvent élaborée à la hâte, avec un nombre de photos insuffisant et de qualité médiocre, génère beaucoup de contacts et des demandes de visites. Normal : le bien est généralement mal représenté et décrit, les gens veulent donc voir. C'est encourageant !...

2) Des visites prometteuses

Illustration de la joie Toute nouvelle annonce attire son lot de curieux, de désoeuvrés, de gens non solvables, etc...Si le bien n'est pas présenté de manière suffisamment explicite, il se trouve même des candidats sérieux qui demandent à le visiter, n'ayant pas suffisamment d'éléments pour savoir que le bien proposé ne correspond pas à leurs critères.
C'est pourquoi les premières visites effectuées, accordées dans l'allégresse mais sans avoir sondé suffisamment les critères de recherche, le plan de financement et les motivations des candidats, n'ont en général pas beaucoup de suite.

3) L'heure du doute

Illustration du douteAprès un certain laps de temps, (un ou deux mois), sauf à avoir une chance de c..., aucun des premiers visiteurs n'a encore confirmé son intérêt réel pour la chose et sa volonté d'aller plus loin. Le doute commence à s'installer. Mais le vendeur ne change rien, car il ne sait pas trop comment agir, pris au dépourvu qu'il est devant le problème. Les nouveaux contacts se raréfient (en général la dynamique du début fléchit assez rapidement). L'enthousiasme initial commence à s'émousser...

4) Fin de l'histoire

Illustration du découragementSollicité régulièrement par des agences ou des mandataires en chasse de biens à vendre, le propriétaire vendeur finit par succomber à celui qui l'aura sollicité au bon moment, (souvent sans vérifier si c'est une bonne pioche...), parfois même à plusieurs. Celui-ci (ceux-ci) va(vont) simplement faire ce qu'il aurait pu faire lui-même s'il avait seulement eu connaissance de la bonne manière de s'y prendre. Il est aussi devenu plus "souple" sur le prix, souvent surestimé il faut l'admettre : une tentation fréquente chez les propriétaires. La tâche du "professionnel" en sera d'autant plus facile...

Les 3 causes majeures
à ces 72% d'échecs

Absence de méthode

Illustration personne envahie de post-its

L'improvisation

Se lancer dans une démarche de vente d'un bien immobilier ou commercial sans s'y être suffisamment préparé pour la conduire en connaissance de cause, c'est se tirer une balle dans le pied. Or, c'est le lot de beaucoup de propriétaires, qui foncent tête baissée vers la déception, faute de s'enquérir au préalable de la bonne marche à suivre dans toutes les étapes du processus. C'est l'objet de ce site dans la partie "La recette gagnante"...

Un prix non adapté

Illustration machine à calculer devant une maison

Surestimation

Un prix affiché qui n'est pas en phase avec le marché : trop élevé par rapport à des biens de niveau similaire dans la même zone géographique, fait fuir les acquéreurs potentiels vers d'autres offres plus raisonnables. Après un certain laps de temps, le bien est "grillé" aux yeux des acheteurs potentiels (même après révision). Surestimer leur bien, c'est le défaut naturel (et rédhibitoire) de beaucoup de propriétaires.

Mauvaise communication

Illustration personne dubitative devant écran

Des lacunes courantes

Visuels médiocres et en nombre insuffisant, textes mal élaborés ou incomplets, sites d'annonces inadaptés (ou leurs options essentielles non exploitées) : sous-estimer l'importance d'une communication bien préparée et adaptée au type de bien proposé, c'est courir à la déception. Les visuels publiés jouent un rôle fondamental en immobilier. Ne pas en faire un enjeu prioritaire, s'est passer à coté des acheteurs potentiels les plus intéressants.

Stop à l'improvisation ! Illustration gélule médicamenteuse

Il n'y a qu'un moyen d'éviter la déception et de ne pas rejoindre les 72% de vendeurs ayant échoué dans leur démarche de vente : c'est de prendre conscience que réussir une transaction immobilière nécessite une méthodologie précise et sérieuse. Ceux qui pensent pouvoir s'affranchir de cette obligation sont, sauf miracle, voués à l'échec.
Tous les rouages d'une transaction immobilière sont expliqués, comparés, analysés sur ce site, ainsi que la recette menant au bon scénario. Voir lien ci-dessous...

La recette gagnante →